Le Géopark des Monts de l’Ardèche

Topoguide : Balades et Randonnées, Monts d'Ardèche
Topoguide : Balades et Randonnées, Monts d’Ardèche
Au massif central, sur l’axe entre Clermont-Ferrand et les sommets du Haut-Languedoc il y a beaucoup de vestiges géologiques de l’activité volcanique. Alors que tous ont entendu parler du Puy de Sancy ou des Monts d’Or, peu connaissent les volcans de l’Ardèche.

Dans ce département, dans la zone entre le village des Vans au sud et St Agrève au nord, a été créé en 2001, le Parc Naturel Régional des Monts de l’Ardèche. Ce parc couvre le haut plateau Ardéchois, la région de Largentière, la vallée de l’Eyrieux, la haute vallée de l’Ardèche, le secteur du Gerbier de Jonc etc. De plus, en 2014, en reconnaissance du caractère exceptionnel des paysages et de l’intérêt géologique majeur, le parc régional a été classé par l’UNESCO au titre du label mondial de Géopark.

Pour celui qui s’intéresse à la géologie des volcans éteints, il y a des cratères de maar, des orgues de basalte, des coulées de lave, les sucs et encore bien plus. Ces volcans sont considérés comme étant les derniers à s’éteindre dans le massif central d’où la mention fréquemment utilisée de “jeunes volcans” de l’Ardèche.
Continuer la lecture de « Le Géopark des Monts de l’Ardèche »

Aigaliers et environs

Distance de marche : 11.6, 9.5, 8.7, 8.2 km ; Temps de marche : 3h30, 3h, 3h, 3h
tour d'horloge d'Aigaliers
tour d’horloge d’Aigaliers

Voici 4 sentiers permettant d’explorer les paysages et le petit patrimoine autour du village d’Aigaliers (canton d’Uzès, département du Gard).

Sur les cartes interactives ci-après, il y a des marqueurs permettant de localiser divers éléments du patrimoine local. Ci-dessous, je présente un petit guide succinct des points d’intérêt.

La verrerie : Entre le 17e et le 19e siècle, on fabriquait du verre à usage courant de façon semi-industrielle ou artisanale à de multiples endroits dans le Gard. Le milieu s’y prêtait car il y a du sable et d’amples ressources en chêne vert – utile pour faire du charbon de bois. Le droit de fabriquer du verre était réservé aux seigneurs et à Aigaliers, la verrerie, située dans une zone boisée au sud du Chabian, appartenait sans doute à la famille d’Aigaliers. Quoique ruinée, il est toujours possible de trouver des murs debout dans la broussaille. Je ne sais pas quand la verrerie a été abandonnée, mais c’est un fait que cette verrerie était connue au delà de la commune. J’ai vu des mentions du verre d’Aigaliers jusqu’à Claret dans l’Hérault.


Continuer la lecture de « Aigaliers et environs »

Circuits de la Lozère

un tres bon topoguide
J’ai acheté ce petit livre dans une libraire de Mende à l’été de 2016. Le propriétaire de la librairie connaissait l’un des auteurs, lequel aurait vécu toute sa vie dans le département et aurait passé énormément de temps sur les sentiers comme marcheur solitaire ou comme guide de groupe. Ce livre contient une sélection des plus beaux sentiers à faire en une journée de marche dans ce beau département.

De ce topoguide, nous avons essayé des circuits dans la région de Florac, sur le Mont Lozère et dans les gorges du Tarn. A titre d’exemple, la sentier de St Enimie, le long des gorges du Tarn, arrivant en surplomb à St-Chély-du-Tarn est tout simplement spectaculaire. Idem pour le sentier du Puecheral (voir l’article sur ce site). Le tour de l’Eschino d’Azé et les 2 Bondons (l’image sur la couverture du livre) est également à ne pas manquer. Un bonus, la plupart de ces sentiers sont faisables en une journée même en partant en voiture de la croix de Gattigues. Continuer la lecture de « Circuits de la Lozère »

Bauxite et les Baux-de-Provence

Distance de marche : 12 km ; Temps de marche : 03:30

mine abandonnée
ancien site de carrotage et depôt d’explosifs

Ce circuit, partant de Maussane-les-Alpilles, serpente par des rues tranquilles de Maussane (en hiver du moins), par un club de golf, sous la forteresse imposante des Baux de Provence puis devant des vestiges des mines de bauxite. La bauxite a été découverte dans la région vers 1820. A partir de 1850, des processus industriels d’extraction de l’aluminium étaient disponibles et, progressivement, l’industrie minière s’est établie dans la zone. Plusieurs mines existaient et jusqu’en 1939 la France produisait la majorité de la bauxite extraite dans le monde. Le nom même du minerai, sans surprise, est dérivé du nom du village. Aujourd’hui, les mines sont abandonnées et pour la plus grande, à proximité du Mas Rouge, inondée. Néanmoins, à l’aide d’images satellite, il est facile de localiser ces sites miniers – les zones où la terre est teintée d’un rouge-ocre sont très visibles. Ce circuit ne passe pas près de Mas Rouge, mais le long du chemin on aperçoit néanmoins l’entrée d’une galerie de mine abandonnée et, même si on ne s’y approche pas (sites dangereux), on passe à proximité de 2 grandes carrières de bauxite.
Continuer la lecture de « Bauxite et les Baux-de-Provence »