Aigaliers et environs

Distance de marche : 11.6, 9.5, 8.7, 8.2 km ; Temps de marche : 3h30, 3h, 3h, 3h

tour d'horloge d'Aigaliers
tour d’horloge d’Aigaliers
Voici 4 sentiers permettant d’explorer les paysages et le petit patrimoine autour du village d’Aigaliers (canton d’Uzès, département du Gard).

Sur les cartes interactives ci-après, il y a des marqueurs permettant de localiser divers éléments du patrimoine local. Ci-dessous, je présente un petit guide succinct des points d’intérêt.

La verrerie : Entre le 17e et le 19e siècle, on fabriquait du verre à usage courant de façon semi-industrielle ou artisanale à de multiples endroits dans le Gard. Le milieu s’y prêtait car il y a du sable et d’amples ressources en chêne vert – utile pour faire du charbon de bois. Le droit de fabriquer du verre était réservé aux seigneurs et à Aigaliers, la verrerie, située dans une zone boisée au sud du Chabian, appartenait sans doute à la famille d’Aigaliers. Quoique ruinée, il est toujours possible de trouver des murs debout dans la broussaille. Je ne sais pas quand la verrerie a été abandonnée, mais c’est un fait que cette verrerie était connue au delà de la commune. J’ai vu des mentions du verre d’Aigaliers jusqu’à Claret dans l’Hérault.


Notre Dame de Gattigues : L’église Notre-Dame-de-Gattigues, datée du XIIème siècle, a un plan allongé dépourvu de transept, un chevet semi-circulaire et un clocher-mur au-dessus de la nef. Cette église est considérée comme relevant de la congrégation de la Chaise Dieu (église casadéenne). Il y avait un réseau d’églises casadéennes sur ou à proximité de la voie Régordane – artère majeure de commerce au 12e et 13e siècles, reliant le nord et le sud du royaume de France traversant les Cévennes et passant pas loin de Gattigues.

Lavoirs : Il y a 7 lavoirs à Aigaliers en tout. Tous ont été rénovés depuis 20 ans afin de conserver ces témoins du passé. On dit que ces lavoirs servaient les bugadières des différents hameaux jusqu’au milieu du 20e siècle. Pourquoi 7 ? Tout simplement parce que la commune est composée d’une dizaine de hameaux assez éloignés les uns des autres. Sur ces itinéraires on passe à côte des lavoirs de Gattigues et de mas Robert.

Oppidum de la Dame : Dans cette région de France, les sommets même des petites collines, sont souvent campés par une chapelle, une pylône de télécommunications, une forteresse du moyen age ou un oppidum (souvent pré-historique). Justement, l’oppidum de “La Dame” est considéré comme ayant été occupé aux temps préhistoriques (avant 600 av. J.-C.). Mais l’occupation aurait été régulière jusqu’à l’époque gallo-romaine et sporadique jusqu’au haut moyen âge (comme refuge contre des brigands et des guerres). L’oppidum est sur un plateau au sommet de la colline de la Dame, lequel plateau est assez grand pour soutenir l’habitat et un peu d’élevage. En autant que j’ai des informations, cet oppidum n’a jamais été fouillé de manière scientifique. Quelques pans de mur sont encore debout mais datant probablement du haut moyen âge.



Bruyes : L’amiral de Bruyes est né dans ce manoir à proximité de Bourdiguet. Il est (tristement) célèbre comme ayant perdu, en 1798, la bataille navale d’Aboukir entre la flotte française et la flotte anglaise de Nelson. Comme conséquence de cette bataille, la marine anglaise devenait dominant sur les mers et a pu imposer un blocus aux ports français. Napoléon, quant à lui, était bloqué en Égypte un certain temps.

Parc photovoltaïque : Un parc photovoltaïque est en opération depuis 2016 sur le plateau de la Chau. Le ancien sentier de randonnée étant bloqué, il faut maintenant contourner périmètre du parc le long de la clôture.



Aigaliers
Aigaliers
Moulin à vent : Un moulin à vent en ruine se trouve sur une modeste colline près de la Bruyerette. Entouré de chênes verts, il ne reste que la tour cylindrique en pierre. La mention de la France n’évoque pas spécialement l’image de moulin à vent et pourtant il y en a plusieurs dans le Gard – certains rénovés de belle façon.

Mines de lignite : Il y a au moins 2 sites abandonnés de mine de lignite sur la commune. L’un de ces sites se trouve à bord du circuit autour de Gattigues. Il semble que la lignite était de basse qualité et que les exploitations ne servaient que les besoins de la population locale.



La vallée de Comblau : C’est une vallée cachée sur une route sans issue, donc pas bien connue des passants et malgré tout très belle à tout moment (vergers, belles propriétés).

Etang de Trévadou : Un petit étang créé par un barrage sur le ruisseau de Trévadou. En regardant attentivement on pourrait constater l’activité de castors.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.